Imprimer 

L`histoire de la vieille ville de Bienne

Bienne, gravure de Merian

Stich von Merian, Sicht auf Biel (I)Gravure de Merian

L’histoire de la Ville de Bienne

 
A l’exception de la découverte de quelques pièces de monnaie romaine en 1846 près de la source de la Fontaine ou Romaine, rien n’atteste de la présence de vestiges romains dans la vieille ville de Bienne.
 
1141/42
Première citation de la ville de Bienne (Belna)

La création de la ville de Bienne a lieu entre 1220 et 1230 par le seigeur local, le prince-évêque de Bâle, dont le territoire s’étendait au sud jusqu’au lac de Bienne. Bienne a été construite sur le dôme de la source romaine, de l’autre côté des frontières des territoires de Nidau, des comtes de Neuchâtel et Nidau.
 
1230
Citée pour la première fois lorsque l’évêque Heinrich a fait cadeau au couvent d’Hauterive de l’impôt biennois «in urbe de Buena».
 
1234
Un document cite la ville de Bienne (burgum de biello) comme point central d’un baillage s’étendant du four à chaux de Gléresse jusqu’à Boujean.
 
1251
Pour la première fois est citée la commune en tant que communauté des bourgeois.

 
1252

Nomination d’un maire avec un Conseil de ville von 12 membres. Premier sceau de la ville.
 
1275

Lettre de franchise royale : droit de cité donné par le roi Rodolphe de Habsbourg. Mêmes droits que ceux attribués à la ville de Bâle (Zankapfel Stadt Biel / Bistum Basel).
 
Bienne conclut de multiples alliances: 1279 Berne, 1311 Fribourg, 1334 Soleure, 1342 Morat, 1395 La Neuveville.
 
Avec les couvents de la région: Bellelay, St. Imier, Moutier-
Grandval, Frienisberg, Trub, St. Johannsen und Gottstatt.
Et aussi: les comtes et chevaliers de Neuchâtel, Nidau, Aarberg,
Valangin, Ste-Croix und Grandson.

 

1296

Premiers décrets (documents signés à la main): Règlement communal, Règlement de police, Code pénal.
 
Participation des Biennois aux campagnes militaires des Bernois (confédérés) 1298 Donnerbühl, 1333 Gümmenen, 1334 Wimmis, 1375 contre les Gugler à Anet, 1415 conquête de l’Argovie, 1443/44 ancienne guerre de Zürich, 1460 conquête de la Thurgovie, 1474-1477 Guerre de Bourgogne, 1478 Giornico, 1499 Schwabe, 1512 drapeau biennois frappé des deux haches d’or, 1529 Guerre des Kappeler, 1536 conquête du Pays de Vaud, 1656 : première guerre de Villmergen, 1712 2e guerre de Villmergen.

 

1367

Lors du marché automnal une dispute éclate entre les habitants de Bienne suite à la destruction du château épiscopal et à l’incendie qui a détruit la ville. Auparavant l’attitude des Biennois favorable aux Confédérés provoquait l’ire de l’évêque Jean de Vienne. A l’exception de quelques fragments de murs, il ne reste aucun vestige de l’ancienne ville de Bienne.

 

1380 + 1388

La ville obtient de nouvelles chartes de franchise de l’évêque la libérant de quelques charges mais qui confirment sa soumission à l’évêque. Ce n’est qu’au cours du 15e siècle que la ville a pu renaître de ses cendres et devenir plus belle, plus solide.
 
1390

La ville compte 100 ménages et 500 habitants.
 
1478
Bienne s’allie à  la Confédération.  Elle assiste dès 1500 aux assemblées mais seulement avec voix consultative.

 

1489
L’évêque  Kaspar ze Rhyne offre aux biennois le terrain du château. Ils y construisent entre 1530 et 1534 l’Hôtel de Ville, puis entre 1589 et 1591 l’arsenal (qui deviendra plus tard le théâtre municpal.

 

1528
La ville de Bienne et ses alliés de Pieterlen, les communes du lac et l’Ergüel adoptent la Réforme. Le réformateur Thomas Wyttenbach (précepteur de Zwingli) n’a pas pu vivre l’événement car il est décédé en 1526.

Pour ce qui était du domaine religieux, la ville de Bienne était soumise à l’archevêque de Lausanne jusqu’en 1528.

 

1564
Terrible épidémie de peste. 640 habitants (sur 1200) en sont les victimes.

 

1589 / 1595
17 femmes et 1 homme sont brûlés vifs pour sorcellerie.

 

1594 – 1608
Bienne objet de partage: dans le dos de Bienne l’évêque et les Bernois signent le contrat suivant:

Les Bernois achètent à l’évêque la ville de Bienne, y compris Boujean, Evilard et Vigneules  contre une forte somme d’argent. Les Bernois renoncent à tout droit sur Moutier. Ce traité fut avilisé par la diète de Baden en 1610.

 

1618 – 1648

Guerre de trente ans. Les Biennois refusent de fournir à l’évêque des soldats pour lutter contre les Suédois. Entre contrepartie ils doivent fournir, selon le plan de mobilisation de la Confédération de 1647, un contingent de 200-600 hommes qui seront incorporés aux troupes suisses fortes de 12’000-36’00 hommes.

 

1798
Le 6 février les troupes françaiss occupent Bienne sans rencontrer de résistance.

Bienne decvient le chef-lieu d’une région de 18 communes sous le nom de « Canton de Bienne » dans un périmètre comprenant La Neuveville, Lamboing, Péry, Romont, Perles, Reiben et Meinisberg. Ce canton est rattaché en 1798 – 1800 au  Département du Mont Terrible et dès 1800 au Département du Haut-Rhin (capitale Colmar).

 

1798 – 1813
Les Biennois savourent « Liberté, Egalité, Fraternité ». Mais ils doivent payer de lourds impôts, le maire est nommé par les Français et la contgrebande fleurit.
 
1813 / 1814

Après la défaite des Français lors de la bataille de Leipzig, les troupes autrichiennes et russes entrées à Bienne provoquent une grave épidémie de Typhus. En l’espace de 3 mois ce sont 123 Biennois et 200 soldats étrangerd qui en meurent.
 
1815

Congrès de Vienne.  Georg Friedrich Heilmann (ambassadeur des Biennois) tente d’obtenir la création d’un canton de Bienne souverain compprenant la partie réformée de l’évéché de Bâle, avec pour capitale Bienne. Le Congrès refuse et offre Bienne et le district de Nidau aux Bernois.

 

1832
Bienne obtienr le siège de la Préfecture et est ainsi séparée de Nidau. Les communes suivantes font partie de Bienne:
1899 Vigneules, 1917 Boujean, 1920 Madretsch und Mâche
 
Nombre d’habitants à Bienne

1390       500     1900     21’700     1993     51’643

1600     1’400     1920    34’600     1995     51’285

1798     2’000     1950    48’400     1996     50’860

1850     3’600     1967    67’500     1997     50’274

1880    11’600    1980    54’700     2000     48’942
 
 

L’histoire économique de la Ville de Bienne

La vie économique de la ville de Bienne était dominée par la culture de la vigne, l’agriculture et l’artisanat

 

Organisés par catégories de métiers, surout les artisans et les marchands fondèrent très tôt des corporations pour la défense de leurs intérêts. On les retrouve dès la fondation de la ville. En 1248 l’évêque Lüthold reconnaissait les statuts des corporations des bouchers et des artisans du bâtiment.
 
Depuis le début du 15e siècle, les corporations étaient organisées de manière très stricte. A côté de la défense de leurs intérêts professionnels, ils avaient aussi un but militaire.
 
Lors des campagnes ils devaient fournir, en fonction du nombre de leurs membres,  un contingent de soldats dont ils avaient à assumer la solde.
Au début on comptait 8 corporations, puis dès 1552 suite à des fusions, on en comptait encore six.

 

corporation des forestiers (Zum Wald) maison au Ring 8,
dès 1732 à l’Ancienne Couronne

– charpentiers et couvreurs, maçon et tailleurs de pierres, ébénistes, tourneurs, verriers, poêlier-fumistes,  chaudronniers, installateurs, horlogers, serruriers, maréchaux ferrant, charrons, forgerons, bijoutiers, fondeurs de cloches et autrs objets en zinc.
 
corporation  du Paon (zum Pfauen), maison au Ring 7
(aujourd’hui restaurant du Paon):
– à l’origine: des nobles, puis bijoutiers, tailleurs, chapeliers, relieurs, tisserands et teinturiers.

 
corporation des boulangers (« Zu Pfistern « ) maison au Ring 11,
vendue à des privés en 1770
– boulangers et meuniers

 

corporation des vignerons
– viticulteurs, encaveurs, tonneliers, pêcheurs.

 

corporation des bouchers maison rue Haute 8, construite en 1450, les stands des bouchers se trouvaient dans le passage  rue Haute – rue Basse

– bouchers et tanneurs

 

corporation des cordonniers
– cordonniers et selliers.

 

Deux corps de métiers biennois étaiernt particulièrement bien connus:

– les tanneurs: leurs produits étaient vendus au 15e et 16e siècle dans les foires de Zurzach et Lyon.
 
– les orfèvres: on trouve encore aujourd’hui quelques unes de leurs créations dans les collections du musée historique de Berne.

 

Après l’occupation de Bienne par les Français en 1798, toutes les corporations furent dissoutes. Elle se reformèrent en 1815.
 
La dernière corporation, celle des forestiers,  a été dissoute en 1893.
 

L’histoire industrielle de la ville de Bienne et de la région

 
1634
Le Dr. Ludwig Scharandi, médecin de Soleure, fonde une tréfilerie à Boujean. Un biennois, Andreas Grosjean. l’achète en 1662.1851.Création d’une tréfilerie à Boujean (Brühlmatten).
 
1914 Fusion des usines de Boujean et Bienne qui deviennent les « Tréfileries Réunies SA »
avec 2,5 millions de francs de capital-action. 1842: Construction de l’usine de Mâche.

 

1734
Première imprimerie, fondée par Johann Christoph Heilmann.
1775: Impression des  » Herrn Göthe sämtliche Werke.  »
1835 Imprimerie Schüler; 1850 Imprimerie Gassmann.

 

1747

Création de l’usine d’indiennes au Pasquart (en face du musée Schwab). En 1808 cette fabrique occupe plus de 900 personnes (dont beaucoup d’enfants). Fermeture en 1842.
 
1825
Création d’une usine de filature et tissage de coton à la Gurzelen (aujourd’hui Omega). Elle doit fermer en 1880 vu la trop grande concurrence étrangère..

 

1840

Konrad Schnyder fonde au Faubourg du Jura l’usine à savon « Schnyder ».
Elle s’agrandit et déménage à Madretsch en 1868

 

1842

L’industrie horlogèe prend pied à Bienne (après quelques essais antérieurs avortés) grâce à un réfugié politique de la Hesse Ernst Schüler

En 1844 le Conseil municiapl décide d’accorder des avantages aux entreprises horlogères établies à Bienne.
 
Le nombre d’ouvriers horlogers est estimé à: 1846 = 150,
1850 entre 400 – 500.
En 1873, Bienne compte déjà 75 fabricants d’horlogerie et 1500 ouvriers.
En 1889 ils sont 3100 et en 1939 environ 5800.

 

La fabrication de produits liés au tabac par les frères Becker, Moser et Schüler se développe à Bienne. Sur la tour de la Rochette on construit un séchoir à tabac. En 1915 cette actiivité est abandonnée en grande partie.

 

1857 – 1877
Bienne devient un noeud ferroviaire. Première gare provisoire de 1857 à 1864 près de la place Centrale, 2ème gare de 1864 à 1923 à la Place du Général Guisan, enfin la 3e et actuelle gare dès 1923 qui ouvre de nouvelles perspectives à la ville de Bienne.

 

1872
La fabrique de pianos Burger & Jacobi fondée à Berthoud s’installe à Bienne en 1876
au Pasquart (sur les rives de la Suze) et déménage à Madretsch, rue des Pianos en 1862. En avril 1986 la production de pianos est arrêtée.

 

1894
Fondation de la fabrique de vélos  » COSMOS  » à la rue Aebi à Madretsch.

 

1900
Alexander Knuchel crée la fabrique de matériel de bureau « BIELLA »
(aujourd’hui à Brügg)
 
La plupart de ces informations proviennent de la brochure: « Principales dates et données sur l’histoire politique, industrielle et culturelle
de la ville de Bienne par H. Bleuer, ancien recteur du Progymnase, 1952, Schüler AG Biel

 

05.11.2001 / H. Strobel; Archiviste Guilde de la Vieille Ville de Bienne

Vue générale de l’ancienne ville de Bienne Übersicht Alt Biel

Altbielf
LEGENDE:A Castel romain selon l’hypothèse du Prof G. Grosjean, Annales Biennoises 1963)

B Bourg médiéval détruit en 1367

C Développement de la vieille ville vers le Nord-Est (première citation en 1295)

D Nouvelle cité  (première citation en 1340)

 

Bâtiments

1 Brunnquelle, ab 1846, Römerquelle.

2 Vignoble

3 Poudrière détruite avant 1849

3a Moulin du Haut , démoli

4 Moulin du Trou, incendié le 20.06.1911

5 Moulin Leuenberger, arrêté

6 Moulin Grosjean, démoli en 1885

7 Grenier du Prince, construit en  1696

8 Douane

9 Maison du Prince; 1458-1795 Princes-évêques de Bàle.

10 Ancienne Couronne, construite en 1578-1582

11 Hôtel de Ville construit entre 1530 et 1534

12 Arsenal construit  1589-1591, dès 1842 transformé en théâtre.

13 Maison des abbés (Cloître de Bellelay) construite en 1577

14 Maison de la Corporation des Forestiers 15e siècle

15 Eglise St Benoît, Temple allemand construit 1451-1470

16 Ancien couvent des Jésuites, 1526/1528, supprimé  lors de la Réforme,  2e hôpital de la ville de 1745 -à 1817 , 1818 devient le Gymnase, aujourd’hui école

17 Vivier du Bourg

 

Tours et Portes

21 MuttiturmMuttiturm (Tour de la Rochette)

22 Tour semi-circulaire

23 Tour des VauriensTour des Vauriens

24 Porte Baesetoeri, anciennement Petite Porte du Château

25 Tour des ArchivesTour des Archives, 25 A: Tour X

26 Tour des PrisonsTour des Prisons

27 Tour de la Poudrière, aujourd’hui Tour de l’Horloge

28 Tour de l’HorlogeTour de l’Horloge (Porte de la rue des Maréchaux) démolie en 1843

29 Tour du Pasquart, démolie en 1836

30 Tour Finsler (Martiturm) démolie

31 Porte de NidauPorte de Nidau démolie en 1842

32 Tour du Cloitre, démolie en 1862

33 Tour RougeTour Rouge, démolie en 1871

34 Tour Bewart ou Tour des Vignerons , démolie

35 Porte des Bains, seul le passage inférieur subsiste

36 Porte du Bas, démolie en 1829:

37 Porte du Haut, démolie en 1875